Biennale de Montréal 2016 : développer un espace indocile et récalcitrant

La Biennale de Montréal, pour sa deuxième édition au Musée d’Art Contemporain (MAC), dévoilait cette semaine 45 des 60 artistes sélectionnés. Du 19 octobre 2016 au 15 janvier 2017, le MAC ainsi que 14 autres endroits de la ville exposeront des artistes internationaux, aux approches différentes, parfois conceptuelles.

Par Manon Lefevre-Mons

La Biennale de Montréal 2016 (BNNMTL2016) n’avait d’abord pas de thème comme nous l’expliquait le commissaire belge Philippe Pirotte, puis en rencontrant les différents artistes depuis un an, un thème général s’est dessiné. Il est aussi vrai, que le contexte actuel européen a légèrement influencé le choix du titre « Le Grand Balcon ». Cette référence à la pièce de l’écrivain français, Jean Genet, transporte les spectateurs dans un monde ou l’on tente de repenser l’esthétique, la matérialité, où chaque œuvre présentée ne serait pas intéressante si elle était en dehors du cadre de l’exposition, où les projets artistiques appelleront à donner au plaisir plus de place dans nos prises de décision, dans notre façon de vivre. Pour cela, des œuvres seront produites en direct, face aux visiteurs pour amener des réactions spontanées. Selon Philippe Pirotte, l’exposition à un but radical, celui de développer « un espace indocile et récalcitrant qui donne forme à une esthétique de la résistance à la violence de la quantification et de la catégorisation, ainsi qu’à la violence de la dénomination et du contrôle. » Ces projets éphémères, ponctuels seront plus nombreux que lors de la précédente édition de la Biennale de Montréal. Ce choix dans un intérêt artistique, mais aussi pour avoir la possibilité d’accueillir un plus grand nombre d’artistes durant l’évènement.

Une programmation internationale

60 artistes exposeront lors de cet évènement incontournable. Certains sont canadiens, Montréalais, et d’autres sont New-Yorkais, libanais, allemands, africains, japonais, chinois, et même français (23 pays au total) ! Comme beaucoup de pays, la France n’est pas en reste en ce qui concerne l’art contemporain, et pour le moment trois noms ont été dévoilés: Éric Baudelaire, artiste et cinéaste vivant à Paris devrait présenter une œuvre, comme Nicole Eisenman, d’origine française, mais qui a toujours vécu aux États-Unis, Benjamin Seror, lyonnais offrira probablement une performance en direct comme il le fait dans de nombreux musées internationaux. Cette sélection d’artistes français ou d’origine française pourrait augmenter lorsque les 15 noms supplémentaires seront annoncés.

Du 19 octobre 2016 au 15 janvier 2017, le MAC ainsi que 14 autres endroits vous ouvrent leurs portes pour réfléchir sur la société, ces enjeux, grâce à des œuvres, pour la plupart, jamais vues à Montréal, souvent plus fictives que documentaires. Un rendez-vous artistique à ne pas manquer !

(À la Une : De gauche à droite : Philippe Pirotte, Aseman Sabet, Kitty Scott, Sylvie Fortin, Corey McCorkle; crédit photo: Jean Malek)

Laisser un commentaire