Bénédicte Aubry : le nouveau visage de Français du Monde au Québec

À l’occasion de la soirée de Noël de la gauche montréalaise au Clebard le 17 décembre dernier, nous en avons profité pour rencontrer Bénédicte Aubry, nouvelle présidente de Français du Monde au Québec, avec qui nous avons pu faire un tour d’horizon des objectifs 2015 de l’association.

Élue au début octobre à la présidence de Français du Monde au Québec, Bénédicte Aubry, n’est pas nouvelle dans le paysage de la politique française à Montréal. Ancienne militante de l’UNEF et du MJS depuis ses années universitaires, puis engagée au parti socialiste (PS) avant même son arrivée à Montréal en 2010 pour poursuivre ses études en toxicologie environnementale à l’UQAM, Bénédicte s’est investie pour la campagne présidentielle de 2012, pendant laquelle elle a connu l’association dont elle a pris la tête récemment.

Pour les élections législatives partielles en Amérique du nord, elle avait également soutenu Franck Scemama, défait par Frédéric Lefebvre en 2013, puis s’était également engagée dans les élections consulaires de 2014 avec le rassemblement des Français de gauche, mené par Brigitte Sauvage. Aujourd’hui, en plus de son nouveau mandat, Bénédicte Aubry est membre du parti socialiste de Montréal et administratrice du Club Jean-Jaurès, nouveau regroupement de gauche au Québec.

À 31 ans, Bénédicte est donc une des nouvelles figures de la gauche française au Québec et souhaite d’ores et déjà réactualiser son association, dont l’origine remonte à plus d’une trentaine d’années, époque où la représentation des Français de l’étranger n’avait pas encore été remaniée par l’instauration d’élections consulaires : « À l’époque la circonscription était le Canada, ce qui ne correspond plus du tout au découpage électoral actuel, donc sans vouloir intégralement remodeler l’association et tout en gardant ses acquis, il est certain qu’il va y avoir certaines étapes à suivre pour mieux s’adapter au modèle actuel ».

Entre social et politique

Véritable rassemblement des valeurs de gauche du temps où les élections des conseillers à l’Assemblée des Français de l’Étrangers (AFE) devait se faire sans étiquette de parti pour des raisons diplomatiques, Français du Monde se veut progressiste mais réfute l’idée d’un unique attachement au parti socialiste : « c’est faux de dire que Français du monde est complètement PS, car actuellement je pense que nous sommes que deux (avec le vice-président Marc Péjou, ndlr) à être à la fois PS et Français du Monde », confie Bénédicte, « Français du Monde c’est vraiment une association qui rassemble des apolitiques, des gens qui sont vraiment contre le PS, des Verts, des personnes qui ne sont pas intéressés par la politique tout court », complète-t-elle.

Au delà d’une image purement politique, la nouvelle présidente de Français du Monde veut conserver et développer le rôle de soutien à la communauté : « Français du Monde n’a pas ce rôle de faire de la politique, mais le rôle par rapport aux citoyens, d’organiser des événements, de permettre le réseautage, de permettre aux gens de nous identifier pour pouvoir venir vers nous pour de l’aide, mais aussi de communiquer les informations concrètes aux citoyens ». L’association ne perd pourtant pas toute son importance politique car sa présidente siège en tant que membre avec voix consultative à la commission de la protection et de l’action sociales du conseil consulaire de Montréal.

« 2015 ? Option 1 : des élections. Option 2 : pas d’élections »

Pour 2015, les objectifs, s’ils sont rassembleurs quoi qu’il arrive, varieront selon le scénario suivant les recours déposés en juillet dernier contre les élections consulaires ayant eu lieu à Montréal.« Ce que j’ai comme objectif c’est de faire des réunions régulières, des 5 à 7, histoire de maintenir le lien entre nos adhérents, et de proposer des sujets de discussions ou de débat selon l’actualité et les envies, mais c’est certain qu’en cas d’élections ça va être plus compliqué en terme de temps pour mettre tout ça en place », nous explique Bénédicte Aubry. 

« On ne peut pas tirer de plans sur la comète », rajoute Marc Pajou, vice-président de Français du Monde, « si on nous dit qu’il y a une annulation, dans ce cas là on prendra les mesures et on changera nos directives pour répondre aux exigences d’une élection, mais pour l’instant on est dans un système normal, où cette année 2015 sera une année axée sur le réseautage et la socialisation ».

Bureau rajeuni, public cible aussi

« Aujourd’hui il ne faut pas oublier que l’immigration française au Canada est très jeune avec beaucoup d’étudiants et de PVT, et c’est dur d’aller les chercher car ils sont la pour découvrir le Québec et pas les Français du Québec, mais peut-être qu’avec des événements, du bouche à oreille, on peut les amener à s’intéresser », confie Marc Pajou, enseignant de 36 ans qui a également rejoint le bureau de Français du Monde en octobre dernier.

Le public ciblé par l’association a donc rajeuni en même temps que son bureau, même si son âge n’a aucun rapport avec son élection, selon la nouvelle présidente : « On ne se présente pas en se disant, je suis jeune, je vais me faire élire ! », plaisante-t-elle. Le numéro deux de l’association se veut également rationnel : « L’autre candidate avait 40 ans, mais était aussi jeune dans sa tête. On n’a pas voté pour un âge mais plutôt pour un programme, mais c’est vrai aussi que quand tu es plus jeune, tu as peut-être plus de temps, moins d’enfants à t’occuper ». Peut-être même une volonté des anciens pour relancer le mouvement, a-ton supposé.

La gauche française à Montréal se veut donc toujours plus dynamique pour 2015. La section du parti socialiste au niveau de la politique, le tout nouveau club Jean-Jaurès pour les idées et Français du Monde pour son rôle social, le tout mené par une relève à l’image de Bénédicte Aubry : motivée et ambitieuse.

(photo : Rozenn Nicolle – Légende : Bénédicte Aubry et Marc Pajou)

Laisser un commentaire