Ben l’Oncle Soul au Festival Nuits d’Afrique : hommage à Frank Sinatra en toute humilité

Pour cette soirée « Grands événements », le festival Nuits d’Afrique a accueilli le talentueux Ben l’Oncle Soul au sein de la belle salle du National pour une soirée d’honneur et de remémoration du fameux Frank Sinatra, inspiration et monument musical pour l’artiste français. Sincérité artistique et foule d’émotions pour cette soirée intimiste, très réussie.

Par Léa Villalba, journaliste

Un répertoire mythique revisité

C’est Tamara Weber Fillion, talentueuse participante québécoise à La Voix II et The Voice en France, qui ouvre la soirée. C’est une voix aigüe et éraillée qui sort de ce brin de jeune femme. Des rythmes de guitare assumés et une sensibilité artistique aiguisée. Humble et très émue par l’encouragement du public, c’est après avoir repris du Tracy Chapman à merveille qu’elle laisse sa place au tant attendu, Ben l’Oncle Soul.

Les huit musiciens (dont un DJ) se sont installés à leur poste, prêts, eux aussi, à accueillir le chanteur. Ils enchaînent alors les titres de Sinatra, « A very good year », « all the way », « Good life », « Fly me to the moon » et j’en passe… Après quelques arrangements sur la voix, qu’on entendait trop peu, on assiste alors à d’intéressants arrangements musicaux où cuivres, piano, basse, guitare et DJ rehaussent et embellissent la voix sensuelle et soul de l’artiste.

Plusieurs chansons sont remises au gout du jour avec des sonorités très reggae par exemple « I love Paris » ou encore « New York New York » où grosses basses et fortes réverbérations font danser les musiciens et le public. La fameuse chanson « My way », reprise par de multiples artistes, devient plus groovy, et fait dandiner et chanter les spectateurs alors que « Fly me to the moon » gagne en rythme et nous surprend à avoir une saveur hip-hop.

Une soirée riche en diversité musicale où on sent l’hommage à Frank Sinatra, mais aussi l’envie de modifier les tubes et de les placer dans d’autres contextes artistes et ainsi correspondre davantage à Ben l’Oncle Soul et à son univers. Une voix parfaitement placée, des musiciens talentueux et complices et des reprises à la hauteur des attentes du public. Entre explosions musicales très jazz et subtilité guitare-voix à la fin du spectacle, l’artiste a su combler le public montréalais, tant par son talent que par sa générosité.

Un artiste généreux et humble

C’est un artiste simple, tout sourire et très reconnaissant d’être sur scène qui se présente aux spectateurs. Après plus d’une heure et demie de spectacle où le chanteur a versé sa larme avant son titre phare « Under my skin », il a offert un moment privilégié au public montréalais en interprétant ses autres titres comme « Soulman », « à coups de rêve », « ailleurs » ou encore en reprenant à sa sauce « Seven Nation Army » et « Strangers in the night » en se mêlant à la foule.

Après un rappel bien rempli donc, le chanteur revient, seul, à la surprise de tous, et commence simplement à discuter avec le public, salle allumée. Il nous présente alors Charles, un itinérant montréalais avec qui il a joué de la musique dans l’après-midi même et qu’il a invite à partager la scène. Les deux artistes interprètent alors, de façon spontanée, « Hit the road jack » de Ray Charles. Après accolades et chaleureux remerciements, Ben l’Oncle Soul continue à chanter, sans ses musiciens, « I got dreams » puis les rappellent pour « Petite sœur », réclamée par la foule.

Dans le désir de rester ici toute la nuit, voir même plus comme il l’a mentionné avec sa question « comment on fait pour rester chez vous ? », il a su faire rire le public, le faire chanter et lui a dit au revoir sur un dernier « I had to tell you good bye », touché par sa venue à Montréal et l’accueil chaleureux du public, comblé par l’art et l’humanité de Ben l’Oncle Soul.

(Crédit photo : Facebook/Ben l’Oncle Soul)

Laisser un commentaire