Bastien Poulain, un breton lance 1642Cola, le premier cola de Montréal

Lorsque Bastien Poulain s’est mis en tête de concevoir un cola montréalais, il voulait un produit de qualité, mais aussi une boisson locale fabriquée au Québec. Ce breton de Montréal âgé de 31 ans, diplômé en marketing, vient de produire ses premières bouteilles de « 1642 Cola » et défie la firme d’Atlanta en terre américaine.

La première production de 18 000 bouteilles de 1642 Cola vient de sortir des chaînes d’embouteillage de Montréal. Bastien Poulain a déjà vendu 6 000 bouteilles de ce premier cola entièrement montréalais. Il a conçu une recette unique, à partir de produits de qualité : eau gazéifié, véritable sucre et sirop d’érable des Laurentides. « On ne voulait pas un cola aromatisé, mais un cola traditionnel avec une signature gustative », explique Bastien Poulain. D’ailleurs la boisson est certifiée « Aliment du Québec », et est devenue la boisson officielle de Tourisme Montréal. Des pourparlers sont en cours avec le comité organisateur du 375e anniversaire de Montréal.

« On veut contrôler nos réseaux de distribution »

Sans être un produit de luxe, le chef d’entreprise positionne son cola comme un produit de qualité. Distribué dans 28 points de vente à Montréal, un à Québec et un à Paris, il affirme être « sur le haut de la pile », même si la bouteille individuelle se vend autour de 2 dollars. D’ailleurs, il est fier d’avoir convaincu les prestigieux chefs des Relais & Châteaux, Le Toqué et l’Européa. Les épiceries fines, la fromagerie Hamel, les hôtels et restaurants ont adopté son cola. Il est en négociation avec l’hôtel Reine-Élisabeth et le Groupe Germain. Une grande épicerie parisienne s’est également laissée séduire par le côté montréalais de la boisson. Le réseau Pharmaprix a mis le cola à l’essai dans une de ses succursales. « Je veux faire ma place dans l’épicerie fine et la restauration, pour positionner mon produit sur quelque chose de qualitatif », justifie le diplômé en marketing de l’ESC Pau. Il ajoute que l’entreprise n’est pas encore assez développée pour intégrer des chaînes comme Costco ou Loblaws.

Une vision sociale de l’entreprise locale

Mais c’est aussi une préoccupation sociale qui anime le créateur de 1642 Cola. « Mon implication entrepreneuriale fait travailler la communauté autour de moi », jubile Bastien Poulain. Cet amateur de cola, qui a toujours voulu créer une entreprise, croit qu’il faut « consommer local », et fustige les multinationales, comme Coca-Cola, « qui sont loin de le faire ». Tous ses fournisseurs sont locaux, et emploient des Québécois.

D’ailleurs, Étienne Groleau, un ancien pompier de Paris qui vit au Québec depuis trois ans, et qui aide l’entreprise commercialement dans l’attente d’un nouvel emploi, ajoute : « Sa vision sociale de l’entreprise me plait, j’aime cet engagement ».

C’est pourquoi il vise le marché canadien en premier lieu, et les états américains limitrophes, qui ont une bonne image des produits canadiens.

Un modèle d’affaires original

Breton d’origine, Bastien Poulain a beaucoup étudié le modèle d’affaires de Breizh Cola, qui aujourd’hui a conquis 20% des parts de marché en Bretagne, et a contraint la firme d’Atlanta à adapter son marketing local. « On n’est pas concurrents mais on est sur le même modèle d’affaires », lance le créateur de 1642 Cola. Il admet que le marché reste difficile, car c’est un marché de volume. L’objectif annuel est de vendre 130 000 bouteilles. « À partir de 100 000 bouteilles, on va pouvoir respirer un peu », avoue-t-il. La clientèle-cible de 1642 Cola, est le segment 18-34 ans, qui est un « influenceur » de marché. « On surfe sur la vague des micro-brasseries québécoises, car la bouteille ressemble à une bière », admet le créateur.

Le chef d’entreprise fait décidément des affaires autrement puisqu’il a autofinancé son entreprise, notamment avec du financement participatif (crowdfunding) qui lui a rapporté plus de 7 000 dollars. « Ça permet d’avoir de la visibilité avant même le lancement officiel », lâche M. Poulain.

Montréalais depuis près de sept ans, Bastien Poulain a voulu ancrer sa marque dans l’histoire de la mégapole. 1642 est l’année de fondation de Montréal par Paul Chomedey-de-Maisonneuve, qui arbore fièrement une bouteille de 1642 Cola sur le bouchon du cola montréalais.

(crédit photo : Nathalie Simon-Clerc)

Une réponse

  1. poulain
    poulain at |

    magnifique article

    Reply

Laisser un commentaire