Après un passage en Alberta, François Hollande vient plaider la cause du climat à Ottawa

Le Président François Hollande a fait un discours remarqué aux Communes hier à Ottawa. Après un inhabituel détour par l’Alberta dimanche, sur les terres du Premier ministre Harper, le président Hollande a vanté la francophonie économique, et a exhorté le Canada à s’engager pleinement dans le combat contre le réchauffement climatique.

François Hollande espère bien ramener le Canada de Stephen Harper dans le giron des pays qui veulent agir pour la planète. Après une journée passée sur les terres de l’Alberta qui regorgent de pétrole, Le président français a martelé tout au long de sa journée à Ottawa, qu’il y avait une exigence à respecter la planète, et qu’il espérait que « le Canada sera pleinement engagé dans ce combat contre le réchauffement climatique ». Sur les bancs du parlement, il s’est taillé un franc succès auprès du Nouveau parti démocratique (NPD) de Thomas Mulcair. La France est le pays hôte de la 21e conférence climat en 2015 (Paris Climat 2015).

Le Premier ministre Stephen Harper a préféré s’en tenir aux sujets consensuels, comme la volonté commune « d’éradiquer le terrorisme » en Irak, ou la remise en cause de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Le président de la République française s’est félicité de compter le Canada aux côtés de la France dans la lutte contre l’État Islamique. Les conservateurs du Premier ministre ont, à leur tour, apprécié le compliment.

Une francophonie culturelle et économique

Mais c’est aussi la francophonie que le président français a célébré hier à Ottawa. « Le Canada est né en français, le Canada et la France appartiennent à la même famille », a déclaré François Hollande. Il a rappelé les succès de Dany Laferrière ou Xavier Dolan, et affirmé avec un trait d’humour, que « la France, toujours très prétentieuse, pense toujours qu’elle peut revendiquer une part de ces succès ». Mais le président français a également avancé que le français est la langue du développement économique. « Nous voulons créer une francophonie culturelle et économique », a avancé le président français.

Il en a profité pour rappeler que l’Hexagone peut travailler avec toutes les provinces, et que, si la France « a de l’amour pour le Québec », elle a de « l’amitié pour le Canada ».

Le séjour du président Hollande à Ottawa aura également été marqué par une rencontre avec le gouverneur général David Johnston et la remise de la légion d’Honneur à des combattants canadiens durant la seconde guerre mondiale. Le président français a déposé une gerbe au monument aux morts, ou le soldat Nathan Cirillo est tombé le 22 octobre dernier. Il a clôturé son séjour ontarien en recevant la communauté française à l’ambassade de France, dans une ambiance chaleureuse.

 

Laisser un commentaire