Alizée Calza, un premier album pour ressentir la douce folie et l’originalité des textes

Le 30 octobre dernier, Alizée Calza lançait son premier album, « Ma vie comme une scène ». C’est dans l’ambiance sympathique et bienveillante du bar Le Verre Bouteille, que nous avons pu découvrir les nombreux titres de l’album de cette Française venue pour un an au Québec, mais qui y est finalement restée pour la musique et… pour un chum avec qui elle chante désormais.

Par Pascal Eloy, chroniqueur culturel

Si, dans son communiqué de presse, elle précise qu’elle a décidé qu’il n’y aurait aucun autre instrument classique que sa harpe sur ses arrangements, une partie de ses chansons sont, néanmoins, accompagnées par d’une guitare électrique, d’un clavier, d’une batterie, d’une basse et de quelques voix. Cependant, pour le lancement, les instruments étaient tellement forts que l’on éprouvait souvent de la difficulté à entendre la voix d’Alizée. Par contre, lorsqu’elle chantait uniquement accompagnée de sa harpe, sa voix prenait des accents de Nolwen Leroy. À mon sens, ces chansons sont les plus belles de l’album tant ses textes et son harpe suffisent à faire ressentir la douce folie et l’originalité de ses textes.

A ce titre, la chanson «Les amants d’éternité» est vraiment magnifique. Chantée avec son chum, elle raconte une légende bretonne, à fleur de peau, transpirant d’amour et de douceur.

On regrettera peut-être la fin abrupte de beaucoup de ses chansons, comme si elles n’étaient peut-être pas totalement terminées ou que, par manque d’inspiration finale, il lui semblait préférable de s’arrêter net.

En fait, bien qu’avec quelques défauts inhérents à un premier album, ce CD s’avère très beau, porté par une voix intéressante et des textes originaux. Bonne chance Alizée pour de nombreux autres albums !

 

Album disponible depuis le 30 octobre 2018 au Québec: https://store.cdbaby.com/cd/alizeecalza2

Site internet: http://alizeecalza.wixsite.com/alizeecalza

Laisser un commentaire