Alain Juppé : « il ne faut pas être lâche face à l’anglais »

Montréal, le 11 juillet – Dans une entrevue donnée au quotidien Le Figaro, et publiée le 30 mai dernier, le candidat à la primaire de la droite, Alain Juppé, s’appuie sur son expérience québécoise pour défendre la francophonie dans le monde. Il dit vouloir la soutenir et parvenir à 700 millions de locuteurs dans le monde (actuellement 247 millions, dont 33 millions dans les Amériques). Il se dit également « pour » une pureté de la langue française, et avoue barrer « rageusement les anglicismes, qui sont souvent du snobisme ».

« Mon expérience québécoise m’a appris qu’il ne fallait pas être lâche face à l’anglais », ajoute l’ancien Premier ministre.

Laisser un commentaire