Téo électrise l’industrie des taxis de Montréal

Dans la foulée de l’électrification des transports, l’entreprise Taxelco a lancé en novembre 2015 les taxis électriques Téo Taxi dans les rues de Montréal. Rencontre avec le président et chef de la direction de Taxelco, Marc Petit, un Français arrivé au Québec il y a 20 ans.

Par Charlotte Lopez

Après une carrière dans l’animation, les effets spéciaux et la réalité virtuelle, ce « Français repenti », comme il aime s’appeler, a décidé de changer de vie. Il s’est joint aux fonds de l’entrepreneur-vedette Alexandre Taillefer, XPND Capital, et travaille avec lui depuis un an sur le projet Téo Taxi pour Taxelco, l’entreprise qui chapeaute aussi Taxi Hochelaga.

Avec une grande dimension économique, écologique et sociale, Téo taxi touche au transport urbain : « On voit une troisième voie entre le conservatisme de l’industrie du taxi et l’ultra libéralisme d’Uber, explique M. Petit. On voulait une solution écologique qui permette à nos chauffeurs de vivre avec leurs salaires ».  Ce tout nouveau modèle d’affaires est effectivement basé sur un salaire unique et fixe pour ses chauffeurs : 15 dollars de l’heure pour huit heures par jour. « Téo Taxi est une révolution pour nos employés, ils peuvent maintenant rentrer chez eux la tête haute en ayant gagné leur journée, lance-t-il. C’était la première fois depuis plusieurs années qu’ils n’avaient pas passé Noël en famille. »

teo4
(crédit photo : Téo Taxi – 2015 © vistaphoto.ca)

De leurs côtés, les chauffeurs de l’Industrie du taxi de Montréal sont des travailleurs autonomes qui louent leur voiture avec un permis. Ils gagnent environ huit dollars de l’heure, pour travailler 60 à 80 heures par semaine. « Ce que j’aime avec cette compagnie c’est que le salaire est garanti, confie Aladin, chauffeur pour Téo Taxi. Avant, je devais travailler jusqu’à 17 heures par jour, 7 jours par semaine, pour pouvoir vivre ». Il devait en effet rembourser son permis de 700 dollars et payer tous les frais d’exploitation, comme l’essence et les taxes fédérales et provinciales.

« Les énergies fossiles sont appelées à disparaitre, elles sont extrêmement polluantes »

L’empreinte écologique est très importante et primordiale pour le chef de la direction de Taxelco, Marc Petit : « Quand on vit au Québec et quand on profite de la nature, on se rend compte que l’écologie est importante, souligne-t-il. On est au Québec, on a de l’électricité propre, alors il faut en profiter. » Le but de Taxelco est également de prendre un leadership sur les véhicules électriques, en prouvant que ces taxis peuvent aussi fonctionner en utilisation intense.

Pour le moment, Téo taxi est un projet pilote et 50 voitures, une flotte de Tesla 70D, Kia Soul et Nissan Leaf, sont à l’essai dans les rues de Montréal depuis le lancement en novembre dernier : « On pourra bientôt héler les voitures ; on sera enfin un taxi normal au mois de mars, avec les dômes sur le véhicule et les tablettes à l’arrière pour gérer le paiement », mentionne Marc Petit. En effet, les clients n’auront pas à donner leur carte de crédit au chauffeur, la transaction se fera directement sur la tablette : « ce sera plus sécuritaire », selon lui.

(crédit photo Une : Téo Taxi – Facebook)

Un reportage vidéo de Charlotte Lopez et Aurélien De Négri :

Laisser un commentaire